#WineTech : quand le vin se met au numérique

#WineTech : quand le vin se met au numérique

#WineTech : quand le vin se met au numérique

Commentaires fermés sur #WineTech : quand le vin se met au numérique

Les usages numériques bousculent tous les secteurs y compris celui du vin

Selon une récente étude, 33% des français utilisent une application dédiée au vin.

Mieux choisir des crus classés, découvrir des vins de différentes régions, aller à la rencontre de vins de divers continents -en quelques clics- est le début d’un voyage pour les hommes et femmes curieux de saveurs inconnues. Aussi mieux harmoniser les mets, échanger avec les acteurs de la vigne révèlent des pratiques trouvant un succès grandissant entre les experts et les consommateurs.

Dans l’hexagone, goûter, boire du vin de qualité fait partie d’un certain art de vivre. C’est aussi un produit qui s’exporte à travers le monde entier, emblème du terroir, des saveurs et du savoir vivre à la française. La France est le deuxième pays exportateur de vin derrière l’Italie avec une production française de vin qui représente près de 17 % de la production mondiale. C’est donc un secteur particulièrement porteur pour l’économie française : 558 000 emplois directs et indirects et des exportations estimées à 7,9 milliards d’€ pour les vins en 2015 (source http://beaux-vins.blogspot.fr/2016/03/winetech-innovation-vin-explication.html.)

Les sites d’e-commerce de vins, les ventes privées en ligne, les applications aident le consommateur dans sa recherche et la possible comparaison immédiate entre le millésime, la qualité, le prix. L’innovation est particulièrement dynamique sur le secteur de la winetech, avec des services nouveaux proposés aussi bien aux professionnels de la vigne qu’aux consommateurs.

 

Les Français connectent leur passion du vin aux outils numériques

Selon le dernier baromètre Sowine, 33% des Français utilisent une application dédiée au vin sur leur smartphone ou tablette tandis que 30% passent par ce biais pour effectuer des achats de vin en ligne.

Pour parler « vin », 46% des Français utilisent les réseaux sociaux. En détail, ils suivent des pages dédiées (20%). Ils publient des commentaires suite à une dégustation (25%). Et 21% sont même passés à l’achat à la suite d’une recommandation postée sur les réseaux sociaux.

Par ailleurs, 19% consultent les avis de blogueurs spécialisés sur le sujet, pour y trouver surtout des conseils (85%). Et au restaurant, 7% des oenophiles utilisent leur smartphone pour consulter des informations à propos de la carte des vins.

L’utilisation de la nouvelle technologie peut trouver sa raison dans le fait que 69% des sondés estiment qu’un minimum de connaissances est nécessaire pour apprécier une bouteille.

Le numérique permet ainsi aux consommateurs d’accéder plus facilement à l’information et de faire leur choix plus facilement.

Enquête indépendante a été réalisée par Survey Sampling International en juillet 2016 sur un échantillon de 1112 personnes représentatif de la population française, âgées entre 18 et 65 ans.

Seul bémol sur l’adoption des nouveaux usages et malgré les 500 sites de vente en ligne, la pratique de vente de bouteilles sur Internet ne décolle pas encore vraiment avec seulement 6% des ventes de vin qui se font en ligne.

 

Le boom des startup de la Winetech

La Winetech regroupe aujourd’hui une trentaine de start-up du vin. Sur un site dédié, les acteurs du « e-label » expliquent la mission du collectif uni autour de l’innovation : « que ce soit par le biais d’applications mobiles, de sites Web ou d’autres nouvelles technologies, nous avons pour but de rapprocher le grand public du vin en proposant de nouveaux services facilitant la découverte, le choix, la consommation ou l’achat de vin ».

Parmi les initiatives intéressantes, la plateforme ecommerce LesGrappes.com, qui propose d’acheter directement aux vignerons avec les conseils de la communauté, ou encore Oenojet.com, qui permet d’offrir du vin aussi facilement qu’un bouquet de fleurs.

 

Les starts-up du vin produisent les outils et les services de demain

Vivino, Goot, Wine Advisor, Vinexplore… proposent des appli mobiles pour les amateurs de vin. Les Grappes, Trocwine, Vinoga, Winerepublik… sont autant de nouvelles plateformes Web d’achats groupés ou d’échanges.

Ces start-up pensent de nouveaux usages optimisés grâce à la technologie numérique : les applications mobiles, la géolocalisation, la plateforme, les recommandations… pour mieux développer les ventes de vin. Pour le vigneron, ces solutions offrent un gain de temps et des outils efficaces pour fidéliser leurs clients et en toucher de nouveaux.

 

Focus sur quelques startup de la vigne numérique

Winestar

Winestar est une start-up française qui souhaite révolutionner la consommation de vin en offrant un conditionnement en canette. Plus besoin de tire-bouchon et de verre pour une consommation nomade. Le site internet propose une sélection de domaines aux appellations les plus prestigieuses. L’internaute fait son choix en ligne et reçoit ses canettes directement à domicile ou une adresse de son choix.

10 Vins

Primée au CES 2016, la Startup nantaise sera encore du voyage pour l’édition de janvier 2017 (Consumer Electronics Show à Las Vegas). Cette startup propose le concept « le verre au vin à la maison ». Sur le site 10-Vins, il suffit de choisir un ou plusieurs vins parmi une large sélection et la startup livre les dosettes de vin équivalant à un verre. Ces doses se présentent sous la forme de tube sont un bon moyen pour les amoureux du vin de déguster et découvrir des vins souvent inaccessibles par leur prix. La machine D-Vine permet un contrôle exact de l’aération et de la température du vin pour assurer une dégustation dans les meilleures conditions.

Cavissima

Cavassima est une plateforme d’investissement spécialement dédiée au vin. Sur le site Internet de Cavissima, l’internaute peut choisir les bouteilles de son choix aidé par les conseils des professionnels du vin. Les bouteilles achetées sont conservées dans les caves de Cavissima et l’investisseur peut gérer son stock à distance.

Vivino

Vivino est une application qui permet de prendre en photo une bouteille, de la soumettre à l’application qui va chercher toutes les informations possibles sur le produit sélectionné. Histoire, valeur, origine, appellations, labels, association avec les plats, etc. C’est un outil indispensable pour celles et ceux qui s’interrogent sur les différents choix possibles ou qui souhaitent en savoir plus sur une bouteille de vin consommée.

Vineabox

Vineabox est une société surfant sur la tendance de la box vin qui connaît un véritable succès depuis plusieurs années. Vineabox propose de souscrire à un abonnement mensuel et un sommelier procède à une sélection des vins qui sont envoyés directement chez le client. Chaque mois, l’internaute découvre une nouvelle sélection avec des informations délivrées sous forme de fiches techniques. Ce site vous donne également l’opportunité d’accéder à des ventes privées.

Œnobook

A l’heure où fleurissent les « Shazam du vin », Œnobook, une autre start-up nantaise, devrait elle aussi surprendre le marché du vin avec un étonnant bloc-notes de dégustation. Son application permet une représentation graphique du profil sensoriel du vin goûté. Sur son smartphone, l’utilisateur modifie d’un glissement de doigt une forme en accentuant les critères proposés (fruit, floral, minéral…) pour caractériser un vin et s’en faire une « image mentale », explique Cyril Issanchou, cocréateur de la société nantaise.

Quelle révolution de la vigne numérique en BtB ?

Côté production et producteurs d’abord, le secteur devrait bénéficier des immenses progrès de la science des données (big data) pour améliorer la qualité et les rendements du vin, par exemple grâce à la collecte d’informations par drone comme l’expérimente actuellement la société Vitivista dans le bordelais.

Pour aider les producteurs de grands vins à lutter contre la contrefaçon, la start-up Qual’ID propose un système de traçabilité fonctionnant avec les technologies NFC (Near Field Communication).

Wine Services aide, quant à elle, les propriétaires de grands crus à suivre de près leurs produits à travers le monde entier. Sont-ils à la carte des meilleurs restaurants internationaux ? Quels sont leurs prix moyens dans les pays ?

L’adoption par les viticulteurs des innovations (objets connectés, drones, capteurs…) est toutefois relativement faible et ce, pour plusieurs raisons. Le processus de production est complexe et l’adoption de nouveaux outils demande du temps. Selon les régions, les climats ou les cépages, la culture de la vigne est hétérogène et les besoins et les outils ne sont pas les mêmes. Nous sommes aux prémices de nouveaux usages et il reste encore une marge importante de transformation numérique dans le domaine du vin pour s’approprier ces nouveaux usages.

Cette transformation va s’accélérer dans les prochaines années, notamment avec le renouvellement de la profession et la formation des professionnels sur ces innovations.

La révolution 2.0 du vin est en marche ! Sans nul doute que le numérique apportera au secteur de la viticulture de la modernité et des opportunités de développement notamment à l’international.

A lire pour aller plus loin : Top des applications vin pour smartphones testées par Beaux-Vins

En savoir plus sur l’innovation numérique et le vin : La Vigne Numérique

About the author:

Related Posts

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

 A propos

Digitaly est une startup sociale qui accompagne les entreprises dans la transformation de leurs organisations. Digitaly intègre la mixité et le digital comme facteurs d’innovation sociale et de performance.

Nous rendre visite

Back to Top